Insertion socio-professionnelle

L'insertion socio-professionnelle pour Elantiel c'est tout d'abord :

Position haute sur le cadre et position basse sur la relation, en somme c’est ainsi que peut être qualifié l'accompagnement tel que les professionnels d'Elantiel le pratiquent.

Le conseiller Elantiel a une position haute sur le cadre car les règles de fonctionnement de l'accompagnement sont nécessaires pour poser un cadre d’intervention qui structure les échanges.

Sur la relation, en revanche, le conseiller adopte une position basse. En effet il considère la personne accompagnée comme étant la seule experte de sa vie et de l’orientation qu’elle souhaite lui donner.
En fin de compte le conseiller agit comme un facilitateur pour libérer la parole. A l’écoute, il repère les valeurs, le contexte personnel et fait émerger les ressources de chaque personne.

Pour ces raisons le référent d’Elantiel et le bénéficiaire interagissent dans une volonté de co-construction/production pour un retour durable vers l’emploi.

Dans ces conditions Elantiel réalise des accompagnements de publics en insertion dans la région Rhône-Alpes notamment pour les villes de Vénissieux, St Fons et Lyon. Dans ce cadre elle agit sur les actions suivantes :

  • Référent de parcours « Itinéraire Emploi Renforcé » pour la métropole du Grand Lyon, cofinancé par le Fonds Social Européen
  • Référent de parcours RSA, financé par le Grand Lyon
  • Utiliser l’apprentissage du français comme une dynamique d’insertion, cofinancée par le CGET et la Ville de Vénissieux
  • Bilan de compétences collectif, cofinancée par le CGET et la Ville de Vénissieux
  • Gestion des situations difficiles et d’agressivité, cofinancé par Via Compétences
  • Perspective Emploi, cofinancé par la Maison Lyon pour l’Emploi et le CGET

Par ailleurs découvrez l'équipe d'Elantiel https://www.elantiel.com/notre-equipe/

J’ai rencontré un bénéficiaire…

Pour lui le RSA est le prolongement d’une vie en cage, qui à la fois le nourrit et l’emprisonne. Immobile. Sa résistance face à l’adversité, la rudesse, la méchanceté fut de rester immobile sans donner satisfaction à ceux qui le regardaient de l’extérieur.
Seul mouvement autorisé : tourne en rond à l’intérieur de ton grillage ! C’est ton exercice. Alors il est devenu loup, non pas solitaire, mais nostalgique. Il regarde fixement un point dans le lointain, même s’il n’y a aucun lointain devant lui.
Il attend en courant immobile l’arrivée d’un sauveur…que je ne suis pas. A force d’insister, il a contraint Dieu à exister, à force de prière il s’est mis à susurrer au creux de son oreille.  Puis il a chanté pour donner de l’air à ses pensées car, comme il le dit doucement, « enfermées dans ma bouche elles moisissent ».
Est-il face à moi par obligation s’il veut continuer à ‘’toucher le rsa’’ ? Me perçoit il comme un énième visiteur au regard curieux et indélicat ?  M’autorise-t-il seulement à l’écouter ? Comment l’aider ? Ne suis-je pas formé à accompagner les profils les plus ‘’abîmés’’ ? Ne suis-je pas un ‘’expert’’ de la position basse qui aide l’autre à être l’expert de sa vie et du sens à lui donner ?   
Et puis un jour il est revenu et il a eu un rire plus muet que des larmes !
Alors j’ai compris. J’ai compris qu’à vouloir être l’expert de la position basse on en oublie que parfois nous sommes impuissants.

Conseiller en Insertion socio-professionnelle, Elantiel.